Covivio APP

Les concepteurs de l’immobilier du futur

 

La pandémie de COVID-19, la récession mondiale de 2020 qui en a découle, mais aussi le défi du changement climatique, ont accéléré le processus d’amélioration et de renouvellement des compétences requises par le marché, et en particulier pour un spécialiste de l’immobilier : on estime à 40% la part des compétences essentielles qui changeront au cours des cinq prochaines années et donc que 50 % de l’ensemble des employés devront se recycler1.
Un corollaire naturel est l’importance que les concepteurs immobiliers jouent dans l’économie mondiale. Il est aujourd’hui nécessaire d’avoir une approche de conception et de gestion immobilière de plus en plus active, ainsi que des connaissances multidisciplinaires, en adaptant en continu les compétences aux besoins du marché.

Dans ce contexte dynamique et challenging, pour identifier les clés de succès en matière d’immobilier, il convient de réfléchir à la « matrice des capacités » indispensables pour naviguer dans un environnement mouvant, et permettre à des entreprises, des projets et des investissements d’atteindre leur objectifs.

Cette « matrice des capacités » peut être conçue autour de deux dimensions :

  • Le triptyque « Valeur verte / Nouveaux usages / Tech-friendly » comme élément majeur ayant un impact sur la chaîne de valeur de l’immobilier
  • Les compétences « ultra spécialisées » et « managériales » comme dimensions essentielles en complément du savoir technique.

La valorisation des lieux à l’ère du changement climatique

Dans le cadre de la transition vers une économie bas carbone, le travail d’expertise réalisé par ou pour les acteurs immobiliers inclura de plus en plus l’évaluation de l’impact des risques de « transition » liés au climat sur la valeur des actifs. Ces considérations pèseront de plus en plus dans les stratégies d’investissement et les décisions futures.
Afin de garantir la pérennité et la résilience des portefeuilles et des stratégies d’investissement, les concepteurs, propriétaires et gestionnaires immobiliers doivent imaginer des programmes durables, à la fois en termes de performances environnementale et financière, en intégrant l’évaluation des risques dans leur planification.

Nouveaux usages et évolution sociétale

Pour accroître la valeur économique et financière des actifs immobiliers, il est important d’avoir une proposition de valeur durable conforme aux besoins de la communauté locale. Les grandes tendances sociétales et disruptives ont modifié les services et les espaces attendus par le marché. La programmation et la réalisation doivent répondre à cette évolution globale des attentes, notamment grâce au soutien d’experts qualifiés aux profils variés : de la définition de l’ambition environnementale au business plan, en passant par la définition des objectifs RSE du programme au sens large et la mise en œuvre des plans d’actions.

Big Data, IA et technologie

L’investissement durable et la mesure des critères RSE requièrent une utilisation efficace du big data, des solutions d’IA et, de manière générale, de la technologie comme facteur favorable à la réalisation de projets créateurs de valeur. La prise en compte des risques « climat » liés à la transition auront un impact de plus en plus fort sur la manière d’apprécier la consommation énergétique totale des bâtiments, l’intensité des émissions, mais aussi, le comportement des clients avec les mesures de bien-être liées à la vie dans les (nouveaux) bâtiments. Pour évaluer les risques, fixer des objectifs de réduction des émissions des bâtiments et améliorer le bien-être social, l’accès à des mesures et tableaux de bord complets de la consommation des bâtiments et des actions/besoins des consommateurs est indispensable à chaque phase de la chaîne de valeur. L’idéation, le raisonnement, la résolution de problèmes (Mind) par l’utilisation consciente de la technologie (Tech) pour concevoir, programmer, suivre et monitorer constituent le troisième pilier de compétences requises par les acteurs immobilier.

Le concepteur immobilier du futur doit être la synthèse de différentes compétences intersectorielles qui combinent plusieurs domaines disciplinaires, de l’architecture à la finance, de la sociologie à la communication, de l’ingénierie au leadership, avec la durabilité comme principe directeur et la créativité, l’originalité et l’initiative comme moteur.

Une offre de compétences spécialisées et managériales de plus en plus large, et une nouvelle conscience de son rôle, ainsi que la capacité à « faire le lien » et à apprendre en permanence2, confirment que dans l’immobilier, comme dans de nombreux autres secteurs, particulièrement dans le contexte que nous connaissons, la véritable valeur ajoutée est celle produite par le capital humain.

1.Rapport 2020 sur l’avenir des emplois – Forum économique mondial
2.Executive Master in Finance – EMF C-Suite Forum Report 2021